Vous êtes ici : Accueil » Histoire et patrimoine » Les origines » La naissance de Varaville

La naissance de Varaville

Carte réalisée en 1750, par César-François Cassini de Thury (en vert les marais de la Dives au XVIIIème siècle)

Aux environs de 900 av JC (début de l’Age de fer) puis vers 550 av JC, les premiers habitants, des celtes sont venus des iles britanniques par la mer. D’après César, vers -51 av JC, Caius Fabius, à la tête de 26 cohortes de légionnaires, soumet les gaulois peuplant la « Normandie ».

 

Il désire créer des voies rapides de communication pour les troupes et les liaisons administratives. Au troisième siècle, pour éviter le passage à gué les romains créent une route sur élevée oû vient buter la mer à marée haute. Longue de 4 km, elle franchit l’estuaire de la Dives entre Varaville et la Croix Kerpin.

La chaussée de Varaville est née. Elle se poursuit jusque Dives et le bas Cabourg par un chemin de terre qui s’est progressivement empierré.

 

 

 

 

 

V. Carpentier, L. lespez

 

 

Devenue la Départementale 27 elle est enfouie sous les couches successives de revêtements. Pour contrôler ce lieu de passage et de trafic commercial, les romains y installent un fort militaire.

 

Varaville peut naitre et accueillir les voyageurs. Entre la digue et les dunes, la lagune devient un vaste port bien protégé. Du haut de ses 33 mètres, Robehomme est une ile où l’on accède par bateau lorsque la mer bat la chaussée.

 

Au nord pendant 8 siècles la mer lèche à chaque marée la chaussée. C’est une véritable digue qui empêche l’eau de remonter dans les terres. Au sud, les alluvions se déposent, le niveau de celles-ci augmente et les terres s’assèchent.

 

 

Source Wilkipedia

 

Du III au IV siècle, attirées par les richesses de l’empire romain, des petites colonies d’intrépides marins saxons s’implantent sur le littoral normand, privilégiant les endroits déserts, isolés, abrités. Amollis par 3 siècles de prospérité et l’anarchie militaire régnant en Gaule, ils rencontrent peu d’opposition. L’estuaire de la Dives se révèle un lieu propice à faire escale.

 

En 407, des saxons de la peuplade des Cattes débarquent. L’endroit est cité comme « cadetorum Burg » puis « catburg ». D’après M-J Masselin l’origine de Cabourg vient donc du vieux saxon ou vieux scandinave « Cattes » du nom de la tribu saxonne et non endroit pas rétréci en scandinave comme le suppose Guillaume de Jumièges et « Burg » le village ou la demeure du guerrier dans le sens fortifié.

 

 

 

 

 

 

Quoiqu’il en soit, l’abbaye de Jumièges authentifie la première apparition des saxons sur le littoral normand en 286. Leurs petites embarcations peuvent contenir 35 à 40 hommes avec l’équipement ou 20 hommes avec leurs petits chevaux scandinaves. Remontant les cours d’eau, ils s’installent là où il est possible de créer des herbages et de fonder famille avec des femmes du pays.

 

 

Source Wilkipedia

De 861 à 882, Varaville par sa proximité avec l’embouchure de la Dives (du gaulois Diva signifiant la Divine), est particulièrement exposée aux incursions des Vikings (en dialecte scandinave : vikingar) ou hommes du Nord (Normen’s ou Normanii).

 

Par des invasions brèves et dévastatrices ils sèment la terreur. Pillant châteaux, abbayes et églises ils entassent leurs butins le long des côtes sur des petites îles ou presqu’iles facile, à défendre, appelées «Holme».

 

On peut facilement imaginer que le « Holme » de Varaville fut l’une d’entre elles.

 

 

 

 

 

Bibliothèque Nationale de France à Paris Chartre sur les possessions de l’abbaye de Troarn

 

 

Le traité de St Clair sur Epte en 911, entre Charles III et Rollon ne concerne pas Varaville. Rollon a reçu les diocèses de Rouen, d’Evreux et de Lisieux. Son domaine s’arrête donc à la Dives (diocèse de Lisieux). En 923 grâce à son ralliement à Raoul, nouveau roi des Francs, il adjoint à son domaine les diocèses de Bayeux et du Mans. Varaville devient normande. A la mort de Rollon en 930, son fils Guillaume longue épée l’agrandira des diocèses de Coutances et d’Avranches en 933.

 

En 1022, Roger de Montgomery fonde l’abbaye de Troarn. En 1048 il y installe un groupe de bénédictins et leur concède des dîmes et des servitudes. A l’époque, les abbayes sont également des grands centres culturels avec une bibliothèque de manuscrits et un centre d’hébergement pour les voyageurs. Les moines entreprennent le défrichement, l’aménagement et l’assèchement du marais. Dès lors les fermes apparaissent et les terres sont mises en culture.

 

Commencée en 1059 l’abbaye est achevée en 1089 …. Il aura fallu à peine 30 ans

 

 

 

 

 

Dessin de l’Abbé Chrétien

 

En 1066, Raoul, Seigneur de Varaville et son frère Guillaume de Beaufou accompagnent le duc Guillaume dans sa conquête de l’Angleterre. Son fils Robert de Beaufou entreprend le défrichement des terres et la construction d’habitations. Il en confie la gestion à Radulphe le vavasseur (vassal d’un seigneur lui-même vassal) fils d’Ernest. Le bourg est né.

Vers 1096, dans une chartre, Guillaume comte d’Evreux, confirme le don par Guillaume roi d’Angleterre du fief de l’église de Varaville (dont les principales sources de revenus sont la pêche dans l’estuaire) et du fief salinier à l’abbaye de Troarn. Il en dépossède le Baron de Beaufou, vassal du comte d’Evreux et le gérant Radulphe.

 

Quelques années plus tard, une lettre d’Henri I, roi d’Angleterre et duc de Normandie confirme la donation. Jusque la fin de sa vie, Radulphe conserve 20 % de la dime et le baron de Beaufou garde en fief la plus grande partie du territoire. L’abbaye se voit pourvue de la moitié de la dime à percevoir sur tous les terrains conquis sur la mer. Les droits s’accompagnent de nombreuses charges : l’entretien des chemins, la police, le droit de justice pour les délits mineurs.

 

 

 

 

Guillaume comte d’Evreux confirme la donation du bourg de Varaville archives du calvados

Guillaume comte d’Evreux confirme la donation du bourg de Varaville archives du calvados

 

Au 12eme siècle, Robert de Beaufou marie sa fille au Sieur Hugues de Boutevillain. Elle reçoit en dot le reliquat du fief de Varaville. Ils construisent leur château féodal à l’entrée du bourg et déboise la forêt dont il ne reste aujourd’hui que les bois de Bavent. En 1220, ils édifient une léproserie (à l’emplacement des plus anciens bâtiments du haras actuel) dans la cour et y adjoignent une chapelle. Le château disparaitra plus tard pour être remplacé au même endroit par un château plus confortable. La première attestation écrite de ce château date de 1371.

En 1289, Guillaume de Boutevillain, petit-fils de Hugues, conteste la donation de son ancêtre de Beaufou et tente de récupérer le titre de Seigneur de Varaville. En vain, les droits de l’abbaye sont confirmés et une lettre du pape menace d’excommunication quiconque contesterait les droits de l’abbaye.

 

Dessin de l’Abbé Chrétien

 

Progressivement, sous la direction des moines de Troarn, la lagune entre Cabourg et Sallenelles se transforme en polder. La Dive et la Divette sont endiguées, des canaux sont creusés, des portes à flots empêchent la mer de remonter. Des chemins et des ponts sont créés. La mer tenue à distance permet au niveau des terres de s’élever et de recouvrir le côté nord de la chaussée. Là où se rassemblaient les drakkars de Guillaume le conquérant pour la conquête de l’Angleterre paissent désormais les moutons et les vaches.

 

Au 14eme siècle, l’église vétuste de Varaville fait place à un nouvel édifice. Six siècles plus tard, le cœur sera bombardé lors de la libération du bourg (des décombres, on sauvera un chef d’œuvre la Vierge et l’Enfant Jésus tenant un oiseau dans la main).

 

 

 

 

En 1346, Edouard III d’Angleterre, prétendant au trône de France, débarque à la pointe du Contentin et bat le roi de France à Crecy. Varaville est choisie pour sa situation stratégique. Surveillant le passage du marais par la route de Touques en cas d’invasion par l’est, on y construit un fort, probablement au même endroit que le premier fort romain. En 1372, un fossé est creusé ; le déblai servira à élever la butte au sommet duquel est installée la tour de guet. Une palissade de gros madriers complète le dispositif.

 

Une demoiselle Boutevillain héritière du fief de Varaville épouse Sieur de Saffray.

 

En août 1417, Henri V roi d’Angleterre et une armée de 10.000 hommes débarquent dans l’estuaire de Touques. Passant par la chaussée de Varaville ils marchent sur Caen. Prévenus par les hommes du fort de Varaville, le château de Caen résiste 17 jours

 

En 1422, la famille de Saffray choisit l’exil plutôt que de rendre hommage au roi d’Angleterre. Leurs biens sont confisqués et Henri V d’Angleterre cède toutes les terres, fiefs, seigneuries de Varaville à son écuyer Guillaume Alyngton, trésorier pour la Normandie. Celui-ci en confie la gestion à Walter Intebegue. Seul le bourg toujours sous la tutelle de l’abbaye de Troarn échappe à la main mise anglaise. Néanmoins un membre de la famille, Jean de Saffray devient le chapelain de l’hôpital (ex léproserie) situé près du château.

 

En 1450, la bataille de Formigny met fin à la guerre de 100 ans. Rentrant d’exil, Sieur de Saffray reconstruit un nouveau château qui abritera sa descendance jusqu’en 1907.

 

Jacques de Saffray (1542-1602) vit une période particulièrement troublée avec les guerres de religion et un pouvoir royal impuissant. Grace à sa longévité pour l’époque, il connait le règne de François premier (1494-1547) d’Henri II (1519-1559) de François II (1544-1560), de Charles IX (1550-1574), d’Henri III (1551-1589) et d’Henri IV (1553-1610). En 1562, il participe à la bataille de Dreux ; en 1589, à celles d’Arques prés de Dieppe et de Jury prés d’Evreux.

 

Depuis le XIème siècle, ses ancêtres tentent de récupérer le fief de Varaville qu’ils ont dû abandonner au profit de l’abbaye de Troarn. Charles IX octroie les fiefs de Varaville et du Buisson à Jacques de Saffray contre 500 livres. Contestant cette décision, l’abbaye porte l’affaire devant le baillage de Caen, signifiant au roi « qu’il ne peut disposer d’un bien qui ne lui appartient pas ». Le roi est débouté … Jacques de Saffray n’aura été seigneur de Varaville que 4 mois.

 

A sa mort, en 1594, il est enterré dans le cœur de l’église de Varaville où son épitaphe est gravée sur une pierre scellée dans un mur. Cachée pendant de longs siècles sous une boiserie endommagée par le temps, elle réapparait en 1895. Lors de la destruction de l’église en 1944, elle sera déposée dans la pièce à la base du clocher. Elle est actuellement visible sur le mur nord de l’église du Bourg.

 

 

 

 

Sur le cadastre de 1826 on retrouve le « chemin vicinal de Caen à Dives » qui deviendra la route de Caen

 

Varaville sur le cadastre de 1826. Archives départementales du Calvados

 

En 1852 La D 513 (Varaville-Cabourg) n’est pas encore rectiligne tandis qu’en 1892 elle est réalisée

 

Carte IGN 1852

Carte de France M. J. Canon 1892 (Source BnF Gallica)

 

Généalogie des Beaufou

Raoul I de Beaufou (920) épouse Sprotta de la Vergne (911-956) Seigneur de Beaufou

Richard I de Beaufou (950) épouse Emma de Bayeux (955-1010) Seigneur de Beaufou

Raoul II de Beaufou (975-1069) épouse Agnes d’Arcouges (975) Seigneur de Beaufou

Richard II de Beaufou (1005-1084) épouse Emma d’Ivry la bataille (990-1081) en 1020

1- Robert I de Beaufou (1030-1081) Seigneur de Beaufou

2- Marie de Beaufou épouse Guillaume Bertrand de Bricquebec en 970

3- Jeanne et Emma de Beaufou religieuses à St Amand de Rouen

4- Alice de Beaufou (1025-1115) épouse Hugues II (1020-1088), Sire de Montfort sur Risles, Connétable d’Angleterre et compagnon de Guillaume le conquérant

5- Guillaume de Beaufou (1025-1091) Il accompagne Guillaume le conquérant en 1066 avec son frère Raoul. Il rentre dans les ordres en fin de vie et devient évêque de Tetford le 25/12/1085. Il est propriétaire de 251 manoirs dans le Norfolk et le Sufolk

6- Raoul de Beaufou (1040- 1102)Il accompagne Guillaume le conquérant en 1066 avec son frère Guillaume, Seigneur de Beaufou et Hockering dans le Norfolk, il épouse Agnes de Tosny (1050-1130). Il est le Shérif du Norfolk (1091-1102)

1- Raoul de Beaufou (1090-1154) Seigneur de Hockering Sheriff de Norfolk (1108-1115) et du Sufolk

1- Thomas de Beaufou (1140-1184) épouse Alice d’Oiri (1160) dont Raoul de Beaufou (1182)

2- Gilbert de Beaufou (1125)

3- Foulques de Beaufou (1130-1181)

1- Marguerite de Beaufou (1162-1199) épouse Roger II de Scales (1159-1215)

2- Emma de Beaufou (1165-1255) épouse Gilbert de Nordfolk (1170-1207)

3- Joan de Beaufou épouse Thomas de Ingaldesthorp (1170-1228)

4- Raoul de Beaufou (1120-1179)

2- Richard de Beaufou (1085-1143) Chapelain du roi d’Angleterre Henri I ; En 1134 il est pourvu de l’évêché d’Avranche. Il attache son nom à la fondation de l’abbaye de la Lucerne. C’est lui qui dédia l’église abbatiale sous le vocable de la Sainte-Trinité et procéda à l’installation des premiers religieux. Cela se passait au moment de Pâques 1143. Richard mourut quelques jours plus tard le 25 avril 1143

3- Robert II de Beaufou

1- XXX de Beaufou épouse Hugues de Boutevillain et reçoit en dot le château de Varaville et ses terres dont:

Généalogie des Boutevillain

Hugues de Boutevillain

Guillaume de Boutevillain conteste en 1289 la donation à l’abbaye de Troarn

XXX de Boutevillain épouse X de Saffray et apporte en dot le château de Varaville

Généalogie des Saffray

Gabriel de Saffray (1270) épouse Simone de Sorcou

Jean de Saffary (1290) épouse Olive du Rocher (1300)

Pierre de Saffray (1320) épouse Jacquette de St Gilles (1325)

Raoul de Saffray (+1419) épouse Michelle de Duray (1355)

1- Jacquette de Saffray (1385) épouse en 1410 Jean Le Goupil de Mesnildot (1380-1440)

2- Raoul de Saffray (1400-1453) épouse Marie de Tournebu

1- Guillemette de Saffray épouse Thomas Le Vallois

2- Guillaume de Saffray épouse Francoise de la Fresnaye

3- Raoul de Saffray (1430) épouse Suzanne de vaux (1435)

1- Pierre de Saffray

2- Jean de Saffray

3- Robert de Saffray (+1511)

4- Raoul de Saffray (1460-1511) épouse Guillette Quesnel

1- Francois de Saffray Seigneur d’Ecajeul +1511

2- Louis de Saffray épouse en 1502 Julienne de Bailleul

1- Jean de Saffray Sieur de Varaville

2- Robert de Saffray épouse Jacquette d’Estaing

1- Charles de Saffray Seigneur d’Epron

2- Jacques de Saffray (1542-1602) épouse Marie de Beaulard et participe aux batailles d’Arques, de Dreux et de Jury. Seigneur de Varaville.

1- Charles de Saffray épouse Antoinette Launay Sieur de Varaville

1- Louis de Saffray (1612) Sieur de Brière et de Varaville

3- Jean de Saffray (1490-1530) épouse Francoise de la Fresnaye D1546

1- Gilles de Saffray épouse Jeanne de Mailly Couromel Seigneur de Billet

2- Guillaume de Saffray (1519-1579) Seigneur de Vimont épouse Anne Paisant (1528-1569)

1- Francois de Saffray (+1571)

2- Guillaume de saffray (1545-1611) Seigneur de Vimont épouse Francoise de Launay (N1530)

1- Odet de Saffray (1569- 1664) Seigneur de Vimont sieur de Varaville épouse Anne Thiboust

1- Guillaume de Saffray (N1595) Seigneur de Vimont épouse Catherine Boivin (N 1595)

1- Jean de Saffray Seigneur de Vimont (N 1633) épouse Marie de Cauvigny (1641-1713) fille de Jacques de Cauvigny (1615-1661)

1- Marie Anne de Saffray (1677-1741) Dame de Varaville épouse Etienne Antoine Morin de Banneville Seigneur de Montcanisy

 

Généalogie des Banneville – Le Cordier – Boisdaunay

– Catherine Morin de Banneville (1705-1741) épouse Louis Francois Le Cordier (1669-1775) Marquis de Varaville

Banneville

 

 

 

Marie Anne Elisabeth Le Cordier Dame de Varaville épouse Antoine Jules Petit de Boisdaunay (+1784)

 

 

 

Boisdaunay

 

Marie Catherine Pauline Petit de Boisdaunay (N1771) Dame de Varaville épouse Etienne Nicolas Guillaume de Cauvigny Seigneur de St Sever (1753) dont:

 

 

Généalogie des Cauvigny

1- Marie Anne de Cauvigny (1791-1871) épouse Guillaume Louis Adolphe, Marquis d’Aigneaux (1786-1838),

1- Guillaume Paul d’Aigneaux (1814-1888) épouse Marie Victoire Berthelot de la Villernoy (1818-1836) en 1835 dont

1- Adrienne Marie Victoire d’Aigneaux (1836-1892) épouse Armand Gigault de Bellefond (1827-1907)

épouse Anne Celestine de Martel Janville (1811-1890) en 1838 dont

2- Marie louise Caroline d’Aigneaux (1842-1883)

3- Guillaume Camille Marie d’Aigneaux (1839-1881) épouse Marie Louise Sophie du Mesnildot de La Porte (1850-1930)

4- Louise Alfred Marie d’Aigneaux (1840-1921) épouse Maurice Ulrich de Beausse (1837-1901)

5- Renée Marie Joséphine d’Aigneaux N1843 épouse Edouard Marie Françoise de la Bintinaye (1836-1906)

6- Mathilde d’Aigneaux (1844-1886) épouse Léonce de Mons (1830-1867)

7- Robert Abel Marie d’Aigneaux (1853-1938) épouse Marguerite Ferrand de la Conté (1862-1942)

Pierre Hélie Marie Joseph d’Aigneaux (1881-1945)

8- Ludger Alfred Marie d’Aigneaux (1840-1921) épouse Albertine Marie du Mesnildot

2- Marcellin de Cauvigny 1797-1885 épouse Mathilde Louise Henriette du Chatel (1811-1885)

1- Charles Marie de Cauvigny (1841-1907)

2- Marie Ida de Cauvigny (1836-1914) religieuse chez les Bénédictines de Caen, héritière à la mort de son frère

Généalogie Le Cordier

Nicolas I Le Cordier épouse Isabeau le Blareau en 1453

Nicolas II Le Cordier D1541 épouse Marie Roussel, anobli 1509

Gilles le CordierD1526 Sieur de Varaville épouse Catherine des Hayes

Nicolas le Cordier III D1562 Sieur de Varaville épouse Barbe Charles D1544

Nicolas IV Le Cordier (1543-1599) Sieur de Varaville épouse Marie de Boivin (1556-1591)

1- Nicolas V Le cordier (1590-1639) Sieur de Varaville épouse Anne Louise de Mauger Rassent(1590-1650)

1- Nicolas Louis Le Cordier (1629-1698) épouse Anne d’Ornano D1698

1- Anne Le Cordier N1677

2- Georges Le Cordier (1624-1674) Marquis de Varaville, Seigneur de la Pyle épouse Anne Renée Péricard (1625-1705) Blason : d’argent à la bande d’argent chargée de 5 losanges de gueules accompagnées de 2 molettes d’éperon d’or

1- Nicolas Le Cordier (1705) Marquis de Varaville épouse Anne Le Cordier (1677) fille de Nicolas louis le Cordier seigneur de Varaville et d’Anne d’Ornano)

1- Louis François Le Cordier de Varaville (1669-1775) Marquis de Varaville épouse Catherine MORIN de Banneville (1705-1741)

 

Généalogie Cauvigny

– Antoine de Cauvigny Seigneur de Maupas épouse Alix de Borsay

– Jacques de Cauvigny Sieur de Maupas épouse Margueite Ygouff

– Jacques de Cauvigny D1565 épouse Marguerite Le Chevalier Dame de Bernières

– Jacques de Cauvigy (1550-1611) seigneur de Bèrnieres épouse Jeanne Wardel (1550-1588)

– Jean Jacques de Cauvigny (1574-1627) Seigneur de Bèrnieres épouse Anne Morant N1590 et Elisabeth Petit

1- Jacques de Cauvigny (1615-1661) seigneur de Bèrnieres – épouse Isabelle de Bourgueville D1694

1- Marie de cauvigny (1641-1713) épouse Jean de Saffray Seigneur de Vimont (1633-1677)

2- Louis François de Cauvigny Seigneur de Clinchamps (1640-1682) épouse Catherine Lebas N1638

2- Pierre de Cauvigny N1608

3- François de Cauvigny N1610 épouse Catherine Gombault et Anne de Bonnenfant (1643-1733)

1- Nicolas Guillaume de Cauvigny (1723- ) épouse Marie Anne Le Cordier (1740-1790) fille de Nicolas Le Cordier (1692-1745) petite fille de Pierre Le Cordier (1665-1710)

1- Etienne Nicolas Guillaume de Cauvigny (1753-) épouse Marie Catherine Pauline Petit de Boisdaunay