Les marais

 

 

 

 

 

Chemin de l’Anguille

 

Ainsi nommé a cause de son aspect serpenté à moins que ce ne soit comme à Saint Sulpice de Grimbouville à cause des anguilles qui peuplaient abondamment le marais. En tout état de cause l’appellation est récente car en 1826 le chemin s’appelait « chemin de la grande commune du pont du milieu ». Lorsque vous emprunterez la route sinueuse du chemin de l’Anguille, arrivé au lieu-dit “La Londe”, vous verrez la tombe de M. Aubry grâce à qui, les marais de Robehomme sont devenus des pâturages. Ingénieur en chef des travaux maritimes du Havre il a aménagé les canaux de Robehomme et a demandé, à ce titre, le privilège d’y être enterré. Son inhumation au cœur des marais en 1803 provoqua de nombreuses protestations dont celle du curé du village qui s’éleva contre l’autorisation accordée par l’évêque de Bayeux d’être enterré en ce lieu.

 

Cadastre 1826 Archives départementales du calvados

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chemin de la Hogue saline

 

Le littoral comprit entre la rive droite de l’Orne et l’estuaire de la Seine fut une contrée du sel. La Dives, la Touques et la Risle trois fleuves à peu près parallèles ont formés de larges estuaires abrités à leurs embouchures et donc particulièrement propices au développement de sites portuaires. Au cours des XIe-XIIe siècles, les centres salicoles les plus importants de la basse Dives sont localisés entre Varaville, Cabourg, Périers-en-Auge et Dives-sur-Mer. Sur ces sites se concentrent les attestations de briquetages protohistoriques de même que les petites buttes cernées par un fossé, connues sous le nom de « Hogues », au sommet desquelles étaient implantés les fourneaux à sel, le plus souvent une cuvette en plomb afin d’obtenir la cristallisation du sel ignifère. La Hogue est un toponyme fréquent avec le sens de colline, monticule, hauteur en Normandie.

 

Impasse de la Vieille rivière

 

À l’entrée du chemin de l’Anguille, près de la stèle érigée en l’honneur de la victoire de Guillaume le Conquérant, se situe une route en impasse : la Vieille Rivière.

 

Chemin du Bas des champs du Hôme

 

Comme son nom l’indique il se situe dans le bas du Hôme à mi chemin entre la ferme du Hôme et Varaville. C’est sur ce chemin que se trouve le manoir de la cour de la maison.

 

Chemin des Ganges

 

En latin Agantippus est issu du phénicien Hagan-Tzibbô (« enclos de l’or, trésor »).