Les Panoramas

 

La rue Paul Desombre

Le 03 février 1964 Paul Desombre rétrocède à la ville la nouvelle voierie d’une longueur de 150 m sur une surface de 1594 m2 créée dans son lotissement. La rétrocession est actée le 04 aout 1964. Le 30 juin 1967, la voierie devient la rue Paul Desombre

 

Qui était Paul Desombre ?

Paul Édouard Gaspard Desombre est né le 6 Août 1870 à Lille. Après de brillantes études au Collège saint Joseph, Bachelier ès sciences et ès lettres il fait son volontariat militaire de 1888 à 1889 puis prépare, au lycée de Lille, les grandes écoles. Reçu à l’Ecole Centrale, il en sort avec le diplôme d’ingénieur Arts et Manufactures en 1894. D’abord ingénieur pendant deux ans chez Neu & Henneton à Lille, il travaille chez Brown Boveri en Suisse pendant trois ans. En 1900, il prend la direction de la filiale française, la Compagnie Electromécanique qui ne compte qu’un effectif de dix personnes et que ses pertes semblent condamner (turbines à vapeur, locomotives électriques, etc).

 

Il contribue au développement de l’industrie électrique en introduisant en France l’industrie de la turbine à vapeur. Il est Président d’honneur de la Société de Secours Mutuels “la Solidarité de l’Electromécanique” et administrateur de l’Electrique du Loir et Cher et des Tramways du Loir et Cher. Le 21 octobre 1901, il épouse à Paris, Germaine Desplats (1880-1914) fille d’Hippolyte Desplats et de Léonie Dehaut. Elle lui donne 7 enfants et décède le 2 janvier 1914 à la naissance du huitième.

 

Ses qualités d’organisation assurent le puissant développement de la Compagnie Electromécanique qu’il dirige.

 

Le 11 mars 1907, à la bougie, Jean Baptiste Hippolyte Desplats (1841-1914) et Leonie Augustine Dehaut (1852-1917) vendent :

  • à Paul Desombre son beau fils et Germaine Desplats, sa fille, 3 lots (4439 m2, 4410 m2 et 10973 m2).
  •  à George Desombre (négociant) (1869-1942) et Marie Thérese Louise Grand (1874-1963) 3 lots (5699 m2, 4886 m2 et 10973 m2)

 

Le 21 juillet 1910, Paul Desombre rachète ses lots à son frère Georges.

 

Le lotissement « plage des panoramas » est créé et divisé en 55 parcelles :

  • Sur le lot A de 10128 m2 en front de mer, numéroté de 1 à 7
  •  Sur le lot B de 9296 m2 avenue de la mer, numéroté de 8 à 25
  • Sur le lot C de 21.558m2, située entre rue de Trouville, rue de Caen, avenue de la mer et rue de Rouen, numéroté de 26 à 55. Lors de la création de l’actuelle rue Paul Desombre le nombre de parcelles sera réduit à 33.

 

 

Il est mobilisé sur le front le 2 Août 1914 jusqu’à mai 1915, comme capitaine d’Artillerie puis mis en sursis pour convertir la Compagnie Electromécanique en usine d’armement. En 1912, il est nommé chevalier de la Légion d’Honneur puis officier en 1954. Pendant les 25 dernières années de sa vie, il s’adonne à ses violons d’Ingres : le piano, la composition musicale et la peinture. Le 13 mars 1965, âgé de 94 ans, il décède à Paris au 8 rue de Florence.

 

Rue Leon Pican

 

Le 9 avril 1898 Lucie Toupet et son époux revendent les terrains qu’ils possèdent dans les Panoramas à Pierre Jean Baptiste Derenne un imprimeur parisien né en 1848 à Chatillon sur Colmont en Mayenne. Le 11 août 1899 il créé le quartier des Panoramas. Le premier cahier des charges du lotissement dénommé la « Plage des Panoramas » est établi. Il donne à la rue du Maine le nom de sa région de naissance.

 

En 1960 un échange de terrains avec Varaville permet de raccorder en 1962 les 2 tronçons, à l’ouest la rue Centrale (Hastings) et à l’est la rue du Maine. Le 20 janvier 1978 la rue du Maine devient la rue Léon Pican sur Varaville. La partie de la rue du Maine situé sur Cabourg conserve son nom d’origine. .

collection privée

Qui était Leon Pican ?

 

Fils de Bazile Edmond Pican et de Marine Ernestine Malenfant, Léon Bazile Emmanuel Pican est né le 14 février 1906 à Orval sur Sienne (50). Il meurt le 23 novembre 1977 à Varaville. Son frère Louis Pierre François Albert (1901-1945) est mort de ses blessures pendant le conflit.

 

Président du comité des fêtes, responsable du syndicat d’initiative, Conseiller municipal de Varaville, Président de l’amicale des propriétaires du Hôme Panoramas, Président des hospitaliers sauveteurs bretons, il se met au service de la communauté durant toute sa vie de retraité à Varaville. Intègre, dévoué, d’une volonté inflexible, il œuvre sans relâche pour le bien être de ses concitoyens.

 

Il est le père d’Henri Pierre Camille PICAN, né le 09/03/1929 à Orval (50 ) et qui épouse à

Varaville Mme Simone Sanson le 12/10/1991.

 

collection privée: Carrefour Pican- Hastings- Jeanne Thérèse

 

Rue de Chatillon

 

Le 9 avril 1898 Lucie Toupet et son époux revendent les terrains qu’ils possèdent dans les Panoramas à Pierre Jean Baptiste Derenne (N 1848) un imprimeur parisien né en 1848 à Chatillon sur Colmont en Mayenne. Le nom de la rue vient de la ville de Chatillon ou est né Pierre Derenne, le lotisseur des Panoramas.

 

Rue Abbé Chrétien

 

Le chanoine Edmond Chrétien est né le 12 décembre 1913 à Vire où son père était boulanger. Élève au grand séminaire de Bayeux il est ordonné en 1939. Il sera curé-doyen de Condé sur Noireau de 1959 à 1967, puis vicaire épiscopal et à partir de 1976 curé du Home Varaville.

 

Il décède à Caen le mercredi 2 mai 2001, à l’âge de 88 ans, après 62 ans de sacerdoce. Ses obsèques sont célébrées en l’église de Varaville et son inhumation au cimetière de Vire. Il a écrit de nombreux articles relatifs à l’histoire de Varaville et du Hôme. Ils ont été publiés dans les bulletins municipaux. Vous pouvez les retrouver sur le site de la commune de Varaville

 

 

Impasse et Avenue des devises

 

La rue des Devises délimite deux communes : à l’ouest, elle relève du cadastre du Hôme; à l’est, de Cabourg.

 

 

Une devise (du latin divisio) est une borne des champs, une pierre servant de délimitation de parcelles, une limite de propriété. Relevé dans le Droit Rural (Loi de 1881), les anciennes coutumes de Normandie, «parmi les titres de non mitoyenneté, se trouvent les bornes » Les bornes sont encore connues sous le nom de marques, mères, devises, termes. Elles consistent en signes apparents posés pour délimiter les propriétés voisines.

 

Délimitation du territoire (1826) faisant état d’un bornage entre Cabourg et Le Home.

 

Délimitation du territoire (1826) faisant état d’un bornage entre Cabourg et Le Home.

 

 

Délimitation du territoire (1826) faisant état d’un bornage entre Cabourg et Le Home.

 

 

 

Rue Palaprat

 

Le 15 avril 1948 à la demande de la société la réalisation liquidatrice amiable de la « société Cabourg Panoramas », la commune de Varaville crée par décision du 24 mai 1948, la Rue Palaprat en échange de la vente de 18.000 m3 de sable qui sont retirés et vendus pour aplanir la zone. Il est possible que la voirie est le nom du promoteur de cette parcelle

située entre la Rue Léon Pican, la rue de Trouville et la Rue Général de Gaulle.

 

 

 

Avenue de la mer

 

L’un des 4 axes menant à la mer dans le lotissement des Panoramas

 

Rue de Rouen, de Caen, de Paris et Avenue de Trouville

 

Principales rues du lotissement des Panoramas sans doute par référence au lieu de résidence principale des propriétaires.

 

collection privée

 

 

collection privée

 

Rue Général de Gaulle

 

Le nom de Charles de Gaulle a été donné à de nombreuses artères, des ponts où des bâtiments importants des communes françaises. Le 2 février 1948, sur décision du conseil municipal de Varaville, , la rue du Havre devient rue General de Gaulle.

 

collection privée

 

collection privée

 

Qui était le Général de Gaulle ?

 

Charles de Gaulle est né le 22 novembre 1890 à Lille et mort le 9 novembre 1970 à Colombey-les-Deux-Eglises. C’est un militaire, résistant, homme d’état et écrivain Français. Il est notamment chef de la France libre puis dirigeant du Comité français de libération nationale pendant la Seconde Guerre mondiale, président du Gouvernement provisoire de la République française de 1944 à 1946, président du Conseil des ministres de 1958 à 1959, instigateur de la Cinquième République, fondée en 1958, et président de la République de 1959 à 1969, il est le premier à occuper la magistrature suprême sous ce régime.

 

source Wilkipedia

 

Rue du Colonel Remy

 

Lors de la création du nouveau lotissement dans le Hôme Panoramas, son nom est donné à cette nouvelle voierie.

 

Qui était le Colonel Remy ?

 

Le colonel Rémy, de son vrai nom Gilbert Renault, est né le 6 août 1904 à Vannes (Morbihan) et mort le 29 juillet 1984 à Guingamp (Côtes-d’Armor). C’ est l’un des résistants français les plus connus durant la Seconde Guerre mondiale.

À l’appel du 18 juin 1940, avec son frère, il part à Londres sur un chalutier parti du port de Lorient. Résistant, il s’engage dans les forces Françaises libres. En août 1940 il organise, développe et perfectionne le réseau de renseignements, créé par Louis de La Bardonnie, qui devient la Confrérie Notre-Dame – Castille en 1944, un des plus importants réseaux de la zone occupée. Il est également connu sous d’autres pseudonymes comme « Raymond », « Jean-Luc », « Morin », « Watteau », « Roulier » et « Beauce ».

 

 

source Wilkipédia

 

Chemin Cailloué

 

Bien que penchant pour la seconde hypothèse, nous n’avons pas de certitudes sur l’origine du nom.

Première Hypothèse :

 

Son nom vient de Edmond Louis Auguste Cailloué. Né en octobre 1866 à Argences, il est élu au conseil d’arrondissement le dimanche 29 mai 1921.

Très connu dans l’arrondissement de Troarn il est apprécié pour son affabilité et son dévouement aux causes de l’élevage.

Seul candidat il est néanmoins élu par sa notoriété avec de très nombreux suffrages.

Il est réélu en 1925 et décède en fin de mandat à l’âge de 62 ans le 31 mars 1929.

 

 

Seconde Hypothèse:

 

Le nom est un dérivé de caillou (caillouet, callouet, caillou, chaillou, chailloué). Il est relatif à la nature du terrain que l’on retrouve en Normandie et plus particulièrement à cet endroit.

 

 

Sur le cadastre de 1826 et de 1941 on le trouve dénommé chemin dit du Cailloué ou chemin Cailloué. Il se poursuit par le chemin Caillou sur le petit Cabourg, ce qui confirmerait cette seconde hypothèse.

 

Ce « cailloué » puis « caillou » symbolise avec « les devises » la frontière avec Cabourg.

 

Poste de secours “les Seigneurs”

 

C’est l’ancien poste de sauvetage N°3. Inauguré en 1997 il est situé sur la plage, au niveau du parking des panoramas.

 

Le 3 Juin 2021, il est renommé le poste « des Seigneurs » par décision du conseil municipal.

 

Qui sont ils ?

 

En 1065, par l’intermédiaire de l’archevêque de Canterbury, le roi d’Angleterre Édouard le Confesseur offre à Guillaume de Normandie sa succession.

 

À sa mort le 5 janvier 1066, son beau-frère Harold Godwinson, chef du parti anglo-saxon, renie son serment de fidélité. Il est sacré à Westminster sous le nom d’Harold II.

 

S’estimant dépossédé de son héritage par ce parjure, avec l’appui du pape Alexandre II, Guillaume traverse la Manche avec 8 000 hommes dont 3 000 cavaliers.

 

Le 29 septembre 1066, accompagné par deux chevaliers Varavillais, Raoul de Beaufou, seigneur de Varaville, et son frère Guillaume, il débarque dans la baie de Pevensey dans le Sussex, alors que l’armée de Harold est occupée à Stamford Bridge avec le roi viking de Norvège Harald Hardraada.

 

On retrouve leurs noms gravés sur la plaque d’Arcisse de Caumont qui recense les 475 chevaliers qui ont accompagné Guillaume le Conquérant dans sa conquête. Elle est située au-dessus du portail d’entrée de l’église de Dives-sur-Mer.

 

Les Anglais, épuisés par les combats et apprenant le débarquement de l’armada normande, se dirigent alors à marche forcée vers Guillaume, retranché dans la bourgade d’Hastings. Le 14 octobre 1066, la bataille mythique, immortalisée par la Tapisserie de Bayeux, est engagée. Harold est tué et l’armée anglo-saxonne prend la fuite.

 

Pour récompenser leur valeur au combat et leur fidélité, Raoul de Beaufou (1040-1102) devient lord de Hockering et sheriff de Norfolk de 1091 à 1102 en Angleterre. En fin de vie, Guillaume de Beaufou (1025-1091) entre dans les ordres et devient évêque de Tetford le 25 décembre 1085. Il était propriétaire de 251 manoirs dans le Norfolk et le Suffolk.